Entrer dans l’Église : Visite guidée !


Il est très clair qu’on ne rentre pas dans l’Église comme dans un moulin et ceux qui en sont les piliers, les véritables Enfants de Dieu, sont comme Jésus jaloux de la maison de Dieu.

 « Et il leur dit: Il est écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs. » Matthieu 21:13

 Depuis l’avènement de cette nouvelle mode qui est d’ouvrir des églises sans Dieu, nous ne confondons plus l’Église (avec un grand « E ») et « les églises » au sein desquelles nous trouvons un peu de tout et de n’importe quoi.

Nous sommes tous d’accord pour dire que le mot « Église » veut dire « rassemblement des croyants » et, dans le monde évangélique, par extension signifie croire en Dieu, Jésus-Christ et ce qu’il va avec.

Toutes personnes qui viendraient à déformer ou mal interpréter les écrits de la Bible, notre code de référence, qu’elles soient anathèmes car il est écrit…

« Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre. »

Apocalypse 22:18-19

Ce message s’adresse à des véritables chrétiens (ou disciples) qui servent Dieu et non à ceux qui se servent de Dieu pour assouvir des besoins personnels de quelle nature que ce soit.

Nous sommes donc d’accord, nous parlons le même langage et bienvenue dans la Maison de Dieu. 🙂

Je vous propose une visite guidée de afin que ceux d’entre nous qui auraient encore des doutes puissent savoir à quoi s’en tenir et se sentir à l’aise dans cet endroit que nous aimons.

Aie !

Je viens sans le vouloir de commettre ma première boulette.

Comment un chrétien pourrait-il ne point se sentir à l’aise dans La Maison de Dieu ?

Le fait est que beaucoup d’entre nous se sentent mal à l’aise dans beaucoup des lieux dédiés au rassemblement des croyants et que c’est sans doute parce qu’il y a une raison.

Tordons tout de suite le cou à ce qui se dit d’habitude, c’est à dire que celui qui viendrait à contester les malversations qu’on trouve dans le temple de Dieu n’est qu’un rebelle qui n’est jamais content, qui refuse l’autorité etc, etc…

Niet !

Celui qui cherche la communion fraternelle n’est en rien rebelle à l’autorité de Dieu, cherche à se rapprocher d’une communauté, et il est évident que quand il entre dans une chapelle remplie de pécheur plein de problèmes alors qu’il devrait y trouver des gens sauvés qui irradient la gloire de Dieu, il a bien des raisons de n’être pas content et a plus envie de déguerpir qu’autre chose.

Il y en a même qui disent que l’Église est une clinique spirituelle sous prétexte que Jésus a dit que ce sont les malades qui avaient besoin d’être guéris et trouvent tout à fait normal que le plupart des membres soient mal foutus, pauvres, vicieux et malades.

Houps !

L’église étant la préfiguration du Royaume de Dieu , voyons ce que dit la Bible à ce sujet.

« Il n’entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l’abomination et au mensonge; il n’entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l’agneau.  »

(Apocalypse 21 :27)

Qu’un Enfant de Dieu chope un virus où fasse une bêtise, c’est normal car il est fait d’une enveloppe de chair mais il se soignera et ne péchera en aucun cas volontairement car pour être sauvé, il a dit « Adieu » au péché et se gardera bien de récidiver car il sait ce que condamnation veut dire.

Donc, dans une Église, soit les pécheurs volontaires sortent parce qu’ils n’ont pas le droit d’être dans cette maison, soit c’est vous qui n’y entrez pas parce que vous n’avez rien à y faire.

Et quels sont les risques si vous y entrez quand même ?

Déjà, vous êtes en contradiction flagrante avec la Parole de Dieu (désobéissance) qui nous dit par rapport aux églises qui pratiquent l’abomination…

 » Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux. « « Apocalypse 18.4

En général, chez nous, les évangéliques, quand on cite ce verset nous faisons allusion à l’église catholique qui il est vrai décroche le pompon question abominations en tout genre, mais nous voyons bien que c’est pareil chez nous mais faisons comme si rien n’était et pratiquons l’hypocrisie et le mensonge.

Ceux qui trouvent leur compte dans ces endroits vous ferons croire que ce ne sont que des petits péchés, mais savez-vous que si vous ne dites rien vous laissez se perdre les évangéliques religieux et les prosélytes que vous emmenez dans ces endroits sous prétexte de les évangéliser ?

Voyons, combien y a-il de chance pour qu’une personne accepte une religion qui leur permet de rester dans le péché en opposition à un discours intraitable comme nous le servait Jésus et ses disciples et apôtres ?

Vous pourrez raconter ce que vous voulez au gens, ils apprendront non ce que vous dites mais ce que vous faites. Vous allez les tuer !

Avant d’entrer dans « une église », renseignez-vous pour savoir ce qu’il s’y passe et, pour vous convaincre que ce que je vous raconte est un avertissement non dénué de fondement, nous allons visiter une « église » qui n’est pas la nôtre mais un endroit dangereux.

Prenons la direction d’une autre chapelle et voyons ce qu’il s’y passe.

L’assemblée Jésus Roi.

Nous avons inventé ce nom d’une façon tout à fait arbitraire car le bâtiment que nous allons visiter maintenant pourrait se nommer aussi bien « l’église des saints de l’avant dernier jour » que « l’église baptiste charismatique modérée » ou encore « l’assemblée des frères réveillés » et même si vous le voulez « l’église de pentecôte de ma ville ».

A première vue, nous pourrions penser que toutes ces dénominations sont des succursales de la boutique de Dieu avec juste des petites différences que ce dernier leur pardonnera, mais si vous y regardez bien vous allez y trouver quelques abominations que l’on reproche en général aux autres.

Par contre, toutes ces institutions ont des dénominateurs communs, tous aussi pervers les une que les autres, et nous allons les examiner maintenant.

Pour ne pas faire de jaloux, nous en avons choisi une au hasard et, avant de pousser la porte regardons sa façade.

Au dessus de la porte ou sur une discrète pancarte, vous trouverez toujours le nom  de l’église.

Déjà, nous pouvons nous demander avec quel arbitraire un fondateur d’église (c’est comme cela qu’on l’appelle) peut choisir un nom qui est autre que celui de Jésus-Christ puisque c’est Lui qui est ou devrait être le Patron. Église de Jésus-Christ devrait pouvoirs suffire.

Le premier effet est de se singulariser et de se désolidariser des autres églises de la ville, parfois à juste raison, et, même si les pasteurs des différentes structures se retrouvent au sein d’éventuelles pastorales, c’est chacun chez soi et gardons bien nos brebis.

C’est bien connu, « nous » sommes spirituellement meilleurs que les autres (qui sont toujours dans l’erreur) et que si nous avons quitté notre paroisse d’origine, c’est que nous proposons mieux. Traduite « les autres sont des c**s ».

Les pasteurs des « églises indépendantes » ne sont soumis à aucun frères plus anciens et, même si ils donnent en général l’illusion en émargeant à des fédérations d’églises aux noms plus ou moins prestigieux, c’est de l’arnaque car ils ne sont soumis à aucun contrôles et les dérives, nous y viendrons, y sont monnaie courante mais ça, il ne faut surtout pas le dire.

Nous ne sommes même pas entrés que déjà nous avons relevé quelques malversations et, si quelquefois les églises affichent en clair la fédération à laquelle elles sont affiliées, vous ne trouverez jamais de prospectus qui racontent leur véritable profession foi, leur mode opératoire de gestion (type apostolique, conseil presbytéral etc…), le salaire du pasteur ou autres informations qui intéressent à coup sûr le chrétien de la ville qui cherche à s’investir quelque part.

Sur la devanture des boulangeries ou chez les garagistes, nous trouvons toujours affiché la nature et le prix des prestations mais, pour une église, vous ne les saurez que quand vous serez dedans et encore on risque de vous cacher bien des choses.

Soyons courageux et entrons quand même. Nous découvrons l’espace qui ressemble à toutes les autres églises et vous n’avez aucune raisons de vous méfier.

Quoi que….

Comment comprendre que toutes ces dénominations si différentes se ressemblent tant physiquement et soient, statues en moins, la copie conforme de ce qu’on trouve dans une église catholique et pas seulement dans la disposition des chaises ou de l’estrade (préfiguration du saint des saints) qui est la partie la plus sacrée d’un temple où le simple chrétien ne doit pas mettre le pied.

Dans le discours, c’est la même chose et il y en a un qui prêche et les autres qui doivent dire « Amen ».

Si par malheur il y en a un qui n’était pas d’accord, il aurait le choix entre se taire ou celui de s’excommunier, et on le poussera vers la porte si il insiste même si c’est lui qui avec sa dîme qui a payé les murs, les chaises et le salaire du prédicateur.

Bien sûr, vous qui me lisez, ce n’est pas comme cela chez vous et vous serez gentils de me donner votre adresse car moi, j’ai vu cela partout et si demain je fonde mon église, je ferais comme cela aussi. Lol ! 🙂

Malheureusement, chacune de ces « églises » prêchant un évangile édulcoré, quelquefois même contradictoire avec la véritable Parole de Dieu, il n’est absolument pas possible que tout le monde soit d’accord avec ce qu’il s’y raconte et, si nous n’avions pas le droit de dire que « ça ne va pas », nous débouchons automatiquement sur la dérive sectaire et je me rends compte dans ce récit c’est déjà la deuxième fois que nous prononçons cette expression ou presque.

Mais continuons à observer ou plutôt écouter les chants joyeux (ou non) qui parlent de victoire sur l’ennemi et souvent peu après dans la même session implorent Dieu de venir à notre secours car nous sommes pauvres, fatiguées et malades.

Pour les prières, nous entendons à longueur d’années les mêmes litanies sortants des mêmes bouches comme si Dieu était sourd ou ne bénissait pas. Je me demande si ce dernier n’en a pas un peu marre parfois.

Pour l’adoration, c’est souvent dans la même veine.

Puisque les « églises » (il y a ici des guillemets au mot église) sont le rendez-vous de croyants et de non croyants cherchant à pratiquer une religion sans être passés par la repentance, il y a une bonne partie du public qui « adore » un Dieu à laquelle elle ne croit pas ce qui est aussi une abomination devant Dieu.

« Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain…» (Exode 20:7)

A moins bien sûr qu’une église soit reconnue comme une sphère privée et que ceux qui n’ont pas encore lavé leur robe n’y soit pas invités mais reconnaissons que ce n’est que très rarement le cas.

Nous avons donc un méli-mélo de croyants et de païens qui prient et adorent dans un même lieu appelé église, et ne nous étonnons pas si les vrais frères soient quelquefois mal à l’aise et si Dieu ne répond pas aux prières et que Son Esprit (le Saint-Esprit) est si souvent absent de nos rencontres ecclésiales et autres rassemblements.

« Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. »
Matthieu 18:19

Il s’agit d’une loi spirituelle transgressée par toute personne qui s’adonne à ce genre d’exercice et les chrétiens présents sont tout aussi coupables que ceux qui justement ne devraient pas être présents à ce simulacre de culte à notre Dieu.

C’est la même chose pour la Sainte Cène où, malgré les avertissements de rigueur professés du bout des lèvres par les servants de la « communion », les pécheurs vont venir sans honte partager le pain sous les yeux des pasteurs qui distribuent généreusement le corps de Christ à ceux qui n’y ont absolument pas droit.

Il faut dire que si on virait les pécheurs des « églises », il ne resterait pas beaucoup de monde et qui payerait les crédits que l’assemblée a contractée pour acheter les murs qui nous abritent le dimanche ?

Là aussi, nous avons une constante dans tous les établissements religieux qui laissent les mécréants se faire passer pour des sauvées (des chrétiens) pour des question financières, et c’est très grave car ces mécréants-là croient (sans se faire d’illusions tout de même) qu’ils font partie du Peuple de Dieu alors que leurs péchés les mènent tout droit en enfer.

A la limite, nous pouvons nous demander si les pasteurs croient vraiment à ce qu’ils racontent quand ils prêchent, et si les chrétiens ou du moins ceux qui sont reconnus comme tels dans ces structures le sont aussi vraiment puisque ils laissent leurs « coreligionnaires » se perdre sans lever le petit doigt.

Et encore, nous ne parlerons pas ici des adultères dans l’église, des vols, de la manipulation mentale, des histoires de fric, des fausses doctrines, et le reste. Vous savez tous que cela existe.

Et vous ne le dénoncez pas et vous y participez par votre silence !

Attendez, ne partez pas, il y a encore des choses à découvrir dans cette simili « église » de Jésus-Christ que nous visitons en ce moment et j’ai gardé le plus croustillant pour la fin.

A suivre…

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans LEglise, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Entrer dans l’Église : Visite guidée !

  1. Hervé P dit :

    — Tu dis :
    «  »C’est la même chose pour la Sainte Cène où, malgré les avertissements de rigueur professés du bout des lèvres par les servants de la « communion », les pécheurs vont venir sans honte partager le pain sous les yeux des pasteurs qui distribuent généreusement le corps de Christ à ceux qui n’y ont absolument pas droit. » »
    — J’ai même vu « mieux » (ou pire, c’est selon…) ! Un jour que j’entrai dans une « église » d’une grande dénomination pour adorer et louer mon Seigneur avec d’autres frères et sœurs, je voulus, après m’être examiné, participer à la Sainte-Cène. La première fois, j’ai pu la prendre car je me trouvais au milieu de la foule. Mais le dimanche ensuite, je me suis trouvé devant. Lors de la Sainte-Cène, toujours après m’être examiné sous l’onction de l’Esprit, lorsque l’annonce est faite, je me lève. Las ! Le « pasteur » me fait rasseoir en me suggérant qu’il fallait passer par le « siège » de l' »association » pour me faire reconnaître par eux comme chrétien (pour pouvoir prendre la Sainte-Cène), alors que j’appartenais à Christ depuis longtemps ! Je lui ai alors demandé s’ils interrogeaient Jésus-Christ pour savoir qui Lui appartenait ou non. Il me répondit tout de go qu’ils n’avaient pas besoin d’interroger Jésus ! Ils avaient « occulté » le DISCERNEMENT !
    — Ensuite, il devenait évident que je n’ai plus mis même « un orteil » dans cette « église » !
    — C’est pour ça que la Communion Fraternelle, si elle n’est pas dans l’Esprit, elle est vaine ! J’ai eu là l’occasion « en or » de le vérifier !
    — Alors, pour ceux qui auraient l’outrecuidance de nous « obliger » à « rejoindre une église » pour la « communion fraternelle », méditez bien cet exemple !

    • paloque dit :

      Au delà de l’anecdote car tu était sensibilisé à ce problème, je me demande si ce pasteur n’avait pas raison et, sans avoir à parler « du siège de l’association », il n’a finalement fait que son boulot. Il ne te connaissais pas.

      L’erreur vient peut-être du fait que tu as voulu « communier » avec des gens que tu ne connaissais pas toi-même.

      Peut-on le voir comme cela ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s