Une séance de spiritisme


Pour pour avancer l’étude sur ce site, voici un peu avant l’heure la relation d’une …aventure qui, heureusement pour moi, aura servie  à commencer à m’ouvrir les yeux, et m’a aidé à faire machine arrière dans l’occultisme avant qu’il ne soit trop tard.
C’est l’histoire d’une séance de spiritisme.

La scène se passe en Afrique, au Togo où je faisais une tournée, officiellement du moins, avec un spectacle de prestidigitation et de marionnettes que j’exploitais à l’époque.
J’étais accompagné de mon épouse, Monique et de ma fille Camille, 4 ans à l’époque, et nous avions loué une villa dans un quartier chic de la ville pour le temps de notre séjour.
Nous avions rencontré un couple de Canadien et passions la soirée à la maison quand, la conversation roulant sur les choses spirituelles, nous avons décidé de faire une séance de spiritisme dont nos amis étaient également amateurs. Jusque-là, tout va bien.

La salle de séjour fut vite prête, grand tapis sur le sol, bougies d’ambiance, verre et lettres de l’alphabet et chiffres pour faire « parler le mort »; L’enfant était couché.

Vous connaissez peut-être le principe (si non, je vous déconseille formellement ces pratiques).
Les lettres et chiffres sont déposés en cercle et le verre au milieu. Méditation, concentration, « chaîne d’amour », invocation, et « l’esprit » se manifeste en faisant bouger le verre et le dirigeant tour à tour vers les lettres, désignant des mots, et « écrivant » son message ou répondant à des question.
Un classique du genre. Il peut y avoir des révélations directes ou, entre autres phénomènes, l’écriture automatique du médium, (j’étais le médium), sur un cahier que l’on prends bien soin d’avoir à porté de la main.

En général, cela se termine par une bonne partie de rigolade (du moins avec des intervenants peu convaincus qui ne savent pas si c’est du lard ou du cochon), ou un scepticisme interrogateur car ces expériences sont toujours bizarres et ne laissent jamais indifférent.

D’habitude, on contrôle assez bien la situation et, quand cela devient un peu …oppressif, on arrête là et on va se coucher, mais, ce soir là…

Je ne me souviens plus « qui » était « l’esprit » en question. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne se retirait pas, et un malaise a commencé à s’emparer de nous.

Cela a duré une bonne partie de la nuit.
Il y avait comme un combat entre nous et « la chose » qui disait vouloir rester avec nous ce qui n’est absolument pas normal. A moment donné, il s’est passé un truc extraordinaire.

Nous avons entendu un bruit de pas à l’extérieur sur le gravier de la cour.
En pleine nuit, comme cela, c’était très étrange, d’autant plus que le portail était fermé à clef, les pas étaient tranquilles, non précipités, comme quelqu’un qui vient nous rendre visite; Qu’est-ce que c’est que cela ?

Nous avons tout de suite pensé à un sorcier (n’oublions pas que nous étions en Afrique) attiré par ce qui se passait dans la maison, et avions la certitude que ce n’était pas clair. Nous n’en menions pas large.

L’homme (?) s’est arrêté derrière la porte d’entrée; Nous étions  pétrifiés, mais Monique, craignant pour notre enfant s’est levée et s’est dirigée vers la porte. Je l’ai suivi, nous avons ouvert et……il n’y avait personne. Au loin, éclairé par le réverbère de la rue, un homme s’en allait, tranquille, au même rythme que les pas.
Nous nous sommes enfermés à double tour et avons examiné la situation.

Comment cette personne avait-elle pu, en marchant si tranquillement couvrir cette distance et surtout sans qu’on entende encore le gravier sous ses pas et le bruit caractéristique de la fermeture du portail, L’ambiance était électrique et il y a eu diverses manifestations.
Un coup de tonnerre a ébranlé le ciel et il y a eut du bruit à l’extérieur; Nous sommes ressortit.

Sous mon véhicule, quelque chose brûlait. Je me suis précipité et ais éteint les flammes en jetant du gravier. Le compteur EDF accroché au mur de la maison avait explosé. Nous avions peur.
Les Canadiens ne savaient plus où se mettre et sont parti se coucher; Ma femme aussi. Je suis resté seul confronté à « l’esprit » qui était toujours là.

Je ne voulais plus de sa présence. On comprend pourquoi.

J’ai été m’enfermer dans la pièce qui me servait à ranger mon attirail de spectacle et où j’étais un peu « chez moi ».
Il y avait un grand placard qui abritait un autre type de matériel que celui des spectacles.
J’y avais construit un petit autel avec de l’encens, quelques images, mes outils de « thérapeute » (cartes, pendule et autres corées) et surtout un fétiche, un vrais, que j’avais trouvé en brousse à la fin d’une de mes prestations. C’était une poupée en bois représentant je ne sais quelle divinité animiste.

Le Togo est le point de départ du Vaudou et le centre mondial de la sorcellerie. A une époque (sans mon épouse heureusement), j’y ais travaillé avec des sorciers africains et c’est là que j’ai vraiment été confronté à la magie qui vous tue un oiseau en plein vol.

Ma statuette était mon idole à moi. Je lui avais mis un collier de coquillages, planté quelques aiguilles, et il y avait entre elle et moi une relation que nous étions les seuls a connaître. Monique ne rentrait jamais dans cette pièce, c’était mon exclusivité.
Je préparais là mes bougies, potions guérissantes et autres médecines qui me servaient à traiter mes clients et j’obtenais il est vrai quelques succès, au point que certains patients, apeurés, venaient récupérer leurs photos ou objets personnels tant la « puissance » qui émanait de moi devenait tous les jours plus ténébreuse. Je ne me rendais pas compte. :-//

« L’esprit » est venu s’installer dans mon laboratoire. Il ne voulait plus repartir.

Quarante huit heures de folie se sont emparées de notre petite communauté.
Les Canadiens ont fait leurs valises le lendemain à la première heure, mon épouse tournait en rond, et ces deux jours sont passés sans manger, sans dormir, en lutte avec « l’esprit » qui ne voulait pas s’en aller.
Il essayait de me persuader de le laisser se matérialiser ce que ne voulais pas. J’avais peur. Je n’avais jamais fait cela et comprenais qu’il y a des limites à ne pas franchir.

De la persuasion (j’étais tenté il est vrai), il a essayé la menace. J’ai compris ce jour là que les esprits étaient intelligents, mauvais, méchants, dangereux et… véritables.
Ce que je ne considérais alors que comme un jeu est devenu une certitude, une réalité et, croyez moi, il me tardais bien que cette aventure se termine.
Ce n’est donc que deux jours plus tard qu’au matin que j’ai, je ne sais comment, trouvé le courage de lui dire « non ». Un »non » net, catégorique, définitif. Je suis sorti de la pièce et été m’asseoir dans un fauteuil d’osier sur la terrasse du jardin.
J’étais dos à la porte-fenêtre qui donne sur le salon et j’ai « vu » une scène dont je me souviendrais toute ma vie.

Monique est sortie d’une chambre et a marqué un temps d’arrêt dans le salon regardant intriguée la porte de mon laboratoire se refermer toute seule, non comme poussée par un courant d’air, mais comme si quelqu’un sortait et fermait la porte. Elle est venue dans le jardin, a tourné deux fois autour de mon fauteuil (je connais Monique, quand elle est tracassée, elle fait toujours comme cela) et elle m’a dit:

« Mais…la porte là. »

Je n’avais pas bougé. Je lui ais dit. Oui; « il » est parti.

Le calme est revenu.
Le calme, si on peut dire. Monique, apeurée et excédée par mes pratiques « spirituelles » est rentrée en Europe et notre brouille a fini par un divorce.
J’ai continué à errer sur les routes d’Afrique avec mon matériel en vivant des aventures que je conte en d’autres lieux et à d’autre moments. Sur ce site, vous en trouverez d’autre au fur et à mesure de son avancement. C’est pas triste. ;-))

Les années ont passées.

Je n’ai eu la révélation que ces forces sont en fait Sataniques que plus tard quand j’ai rencontré des croyants qui m’ont ouvert les yeux.
Oh, pas des « chrétiens d’églises » endimanchés sur les bancs d’une église qui n’ont de religieux que le nom, mais de ceux qui savent les réalités spirituelles et qui « y ont touché ».

Avant, l’idée du diable me faisait rigoler. Maintenant, cela ne me fait même pas sourire.
La transformation que j’ai expérimenté par la suite (voir témoignage ) a été glorieuse et je suis devenu un homme nouveau.
La destruction opérée par Satan et par ses sbires au travers de l’occultisme ayant été discernée, et j’ai pu être délivré des puissances qui avaient profité de mon ignorance pour se saisir de moi, posséder mon corps et mon esprit, et mieux s’emparer de mon âme.
Jésus nous dit de chasser les démons. Il a quelques raisons, et les sites que nous avons mis en ligne sont là pour éclairer et sauver ceux qui se sont laissé avoir par Le Grand destructeur.

Chers amis, en vous écrivant cela, je réalise encore une fois que la terreur et l’angoisse que je vivais avant de savoir seulement que Dieu existe ne sont plus. La paix et la joie ont remplacé l’oppression quasi permanente que je vivais, et je n’ai compris que bien plus tard pourquoi mon épouse un jour m’a quitté.

Libéré, je suis tranquille maintenant; Pour toute l’éternité; 🙂

En parcourant les pages de ce site, vous trouverez encore bien des histoires, des révélations et des renseignements (ou enseignements) auxquels je vous recommande de porter la meilleure attention. N’hésitez surtout pas à m’écrire. Je vous aiderais à y voir un peu plus clair dans vos propres difficultés.

Spirituellement Vôtre !

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Insolite, Lachose, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s