L’art de détourner les problèmes


Ce n’est pas la première fois, mais j’ai eu il y a quelques temps une conversation avec un chrétien bien au fait des dérives d’un certain serviteur de Dieu qui ne fait pas que « se tromper » mais donne les preuves de ses malignités. Dans le temps bien sûr et ça dure. :-//

Nous étions bien loin du « Faut pas juger ! », « Dieu connaît son cœur », « Il faut prier pour lui », et autres « Ce n’est pas notre rôle de le dénoncer », arguments qui relèvent plus du jargon évangélique qu’ils ne résistent à l’analyse en s’appuyant sur la parole de Dieu.

Ce qui m’a tracassé, ce n’est pas tant l’apparente immaturité de ce chrétien-là que cet acharnement à contredire l’évidence même et surtout le dénie dans lequel il s’est enferré.

A la limite, qu’on n’ose pas « dire du mal du pasteur » parce « qu’on » nous a appris comme cela, qu’on ait peur des représailles ou pour paraître un bon chrétien comme il le faut, je peux comprendre, mais comment continuer à se laisser plumer, subir un esprit de contrôle toujours pathogène, et surtout continuer à se taire alors qu’il y a tant de gens qui vont eux aussi se laisser avoir ?

Cela se corse quand la personne avec qui vous dialoguez sait très bien que ce n’est pas vous le coupable, comme « on » le lui a bien sûr suggéré, et qu’elle vous a dit quelques jours avant qu’elle comprenait tout cela et que c’est pour cela qu’elle « n’allait plus à l’église ».

Soit. :-//

Mais quand il s’agit d’entrer elle aussi dans la danse en aidant à mettre à terre le prévaricateur en l’empêchant de nuire assainissant au passage l’ambiance évangélique  de certains lieux (restons polis) qu’on ne peut plus fréquenter, c’est la Bérézina et elle perdra la mémoire tout en disant que « Dieu va agir et qu’il n’a pas besoin de toi ».

A bien y regarder, cette personne-là est dans le stress, la crainte, le mensonge, et certains même sont prêts à aller se faire tuer pour défendre le tourmenteur bien qu’ils aient ouvert les yeux sur ses agissements.

Notez que ce récit n’est qu’un exemple qui s’applique à bien des cas et je serais bien étonné que vous qui me lisez n’en ayez pas déjà croisé des comme ça quelquefois.

Bien sûr, il ne s’agit pas de juger une telle personne mais d’essayer de comprendre ce qui provoque cet état moribond alors qu’elle est sensée être une personne merveilleuse (son âme le reconnaît bien), fils ou fille de Dieu, co-héritier de la Gloire prêchant toutes ces bonnes choses au moins une fois par semaine dans son salon à d’autres chrétiens qui ont des problèmes puisqu’ils ne fréquentent plus aucune église.

Nous avons détecté au passage le ressentiment, la colère, presque la haine, bref, rien qui nous autorise à penser que le Saint Esprit règne (quoi qu’elle dise) dans son univers personnel.

Nous remarquerons au passage que la personne en question revient de temps en temps là où se trouve ses tourmenteurs prendre quelques coups de bâton et, si nous comprenons assez bien qu’elle ait comme tous un grand besoin de communion fraternelle, nous nous questionnons tout de même sur ce bizarre comportement qui ressemble à tout sauf à celui de quelqu’un dans la paix.

Alors, venons-en au vif du sujet et demandons-nous si cette personne n’est pas malade.

Celle dont je parle a été suivie par des professionnels (lire psychiatres et psychologues) mais cela n’a rien arrangé puisqu’elle exteriorise encore les symptômes (cela fait des années que ça dure), et j’ai écrit cet article non pour attirer votre attention sur ce frère que j’aime de tout mon cœur mais sur la cause de son tourment.

Bien sûr, ses pasteurs diront qu’il est spirituellement instable (ce qui n’est pas vrai et je peux en témoigner), qu’il est un rebelle, refuse l’autorité et encore bien d’autres choses que nous avons tous l’habitude d’entendre et surtout qu’il avait une prédisposition à la dépression et que son état est entièrement de sa faute.

Mais ils n’avoueront jamais que c’est un esprit de contrôle, l’abus spirituel et la manipulation mentale qu’ils ont exercé sur lui qui sont la cause de la maladie de cet homme.

Lisez les documents relatifs au harcèlement psychologique, aux dégâts que font les sectes sur le mental de leurs membres, discutez de ce cas avec un psychologue, et vous y retrouverez exactement les mêmes éléments. La victime est détruite.

Ayez le courage de reconnaître que cela se passe aussi comme cela chez vous, dans votre église, et que si vous y restez bien qu’il s’y passe parfois (et souvent) de drôles de choses, c’est que vous êtes exactement dans l’état de mon petit frère, dans le dénie, et que vous avez besoin d’être soigné.

Pourquoi croyez-vous que ce site dénonce la manipulation mentale ?

Parce que trop d’entre nous en sont encore prisonniers.

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Lachose, Manipulation, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour L’art de détourner les problèmes

  1. paloque dit :

    Il y a des faux et des vrais.

    Choisissons les vrais. 🙂

  2. Hervé P dit :

    — Nous appartenons à un Seigneur qui délivre des effets de la manipulation mentale et il faudrait peut-être commencer par chasser ce démon de sa vie et le délivrer de cette chaîne car nous en avons l’autorité donnée par Christ !
    — Surtout si c’est un frère en Christ, qui est l’objet de cette malédiction ! La Bible dit :
    Marc 16, 17-18 : «Et ce sont ici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru; ils jetteront hors les diables en mon Nom: ils parleront de nouveaux langages: Ils chasseront les serpents: et quand ils auront bu quelque chose mortelle, elle ne leur nuira point: ils poseront les mains sur les malades, et ils se porteront bien.»
    — Et aussi :
    Matthieu 18, 18 : «En vérité je vous dis, que tout ce que vous aurez lié sur la terre, sera lié dans le Ciel: et tout ce que vous aurez délié sur la terre, sera délié dans le Ciel
    — Mais, contrairement à certains « bishops » africains, comme je l’ai vu dans des vidéos de Franck Ibara, n’imposons JAMAIS les mains à un possédé démoniaque :
    1 Timothée 5, 22 : «N’impose les mains à personne avec précipitation; et ne communique point aux péchés d’autrui: garde-toi pur toi-même.»
    — Il faudrait peut-être commencer par là, non !?…
    — Cordialement, au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

    • paloque dit :

      Il y a du vrai dans ce que tu dis Hervé.

      Quand nous rencontrons certains personnes souffrant de ces troubles et abordons ce sujet, non seulement elle se rebiffe parfois violemment avec des arguments toujours contraire à la réalité, mais tout d’un coup émane d’elle un quelque chose qui nous agresse et nous met vraiment très mal à l’aise.

      La pensée qui nous vient est « besoin de délivrance » et c’est là que nous savons qu’il est inutile de continuer la conversation. 😦

      Après, pour l’inviter à engager une « thérapie appropriée(en fait une délivrance), c’est une autre histoire d’autant plus qu’en général, les milieux évangéliques où sévissent les abuseurs spirituels prêchent les démons à outrance (sans rien chasser du tout d’ailleurs) ou au contraire prétendent « qu’un chrétien ne peut avoir de démons ».

      Ce qui est bien pratique et tout le monde est content. :-//

      • Hervé P dit :

        >… » »Après, pour l’inviter à engager une thérapie appropriée, c’est une autre histoire » »
        — Une thérapie ?!??… :-/ Il y a beaucoup mieux : on commence par chasser le démon qui est en elle et ensuite on la délie de sa malédiction, comme expliqué dans la Bible ! La thérapie viendra bien toute seule ensuite ! C’est tellement simple…
        — Quand le « pasteur Jo » a rencontré son « pasteur-Principal » (fin du chapitre 5) et qu’ensuite, il a vu les démons qui « tournaient autour » de lui, qu’a-t-il fait ? Il a tout simplement chanté la Gloire de Dieu et les démons se sont enfuis ! Pourquoi n’est-ce pas valable pour les autres « chrétiens » possédés ?!??…
        — Donc, ce que tu as écrit toi-même, relis-le bien !
        — Cordialement, au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

      • paloque dit :

        L’emploie du mot « thérapie » dans ce contexte voulait bel et bien dire « délivrance » cher Hervé.

        C’était juste une formule un peu élégante à destination des lecteurs qui ne sont pas familiarisés avec les nécessités parfois désagréables du traitement des problèmes chez certains individus dans le besoin tels que les connaissent le monde chrétien et évangélique en particulier .:)

      • Hervé P dit :

        — Et toi qui disais qu’on devait appeler un chat un chat, un chrétien un homme qui s’est repenti et qui marche en nouveauté de vie et un coquin un coquin ?!??…
        — Donc, utilise bien le mot « délivrance » là où il doit être utilisé car « thérapie » introduit trop de choses terrestres et qui dépendent des hommes ! Et utiliser « thérapie » au lieu de « délivrance » n’est pas approprié dans ce contexte…
        — Les disciples de l’Église « primitive » étaient plus disposés à employer des mots corrects.
        — Cordialement, au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

      • paloque dit :

        Oui, sans doute, mais ce texte est destiné à des chrétiens qui savent lire entre les lignes et les précisions qui ont été données grâce à ton commentaire pertinent demandant des précisions doit suffire. 🙂

        Imagine que j’eu écris que « cette personne avait un démon ».

        Qui l’eut cru et compris ? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s