Ce Monsieur David Vincent me débecte de plus en plus


Nous parlons beaucoup en ce moment d’un certain David Vincent, qui en est à son deuxième blog dont le site Actualité-Chrétienne (je ne m’habituerais jamais à ce titre) reprend des articles.

Nous l’avons croisé à plusieurs reprise et lui avions fait remarqué que ses enseignements, s’ils n’étaient pas spectaculaires, n’étaient pas insipides non plus mais comportaient des inexactitudes propres à détourner de la vraie foi les enfants de Dieu.

Bon, le sujet n’est pas là aujourd’hui mais ça devient plus grave.

Déjà rien que le fait d’être chroniqueur régulier chez Actu-C est particulièrement louche, surtout si nos billets génèrent des commentaires assassins ce qui n’est pas le but d’une personne qui se targue d’enseigner les bons chrétiens que nous sommes.

Comme beaucoup d’entre nous (les blogueurs), il a récupéré l’affaire du « JeSuisCharlie » pour profiter de l’audience et est sorti de son chemin habituel mais, ne maîtrisant pas son sujet, il est parti en vrille et s’est fait traîter d’imbécile d’autant plus que c’est de ce mot cochon qu’il avait qualifié les victimes. Certains ont dit qu’il n’avait pas le sens de l’humour. :-//

Il a été aussi discerné froid, distant, « sans amour », voire nauséabond, mais là c’est moi qui traduit dans le texte. Il a reconnu lui-même avoir un peu dérapé.

Cela n’auraient été seulement ses justifications enfantines et la mauvaise foi qu’on exerce quand on se fait épingler, j’aurais été indulgent mais il vient de nous produire une autre insanie que beaucoup trouvent abjecte et qui met bien à mal ses fausses excuse, nous en dit plus sur sa réelle humilité, et dévoilent un personnage qui a autant d’empathie que M’ Lepen lui-même. C’est à cela que j’ai pensé quand j’ai lu son billet.

Son article se titre « Etre solidaire des victimes, sans être Charlie ! » où il reprend ses justifications de la veille mais surtout précise le fond de sa pensée et il m’est avis que s’il fait sa célébrité avec ça, beaucoup ne voudrons pas aller au paradis s’il y est.

Il va donc « proposer ici une réponse générale pour reconnaître ses erreurs et clarifier ses propos » (sic) et, après quelques plates excuses auxquelles personne ne croira plus, il voudra « en dépit de toutes ces critiques maintenir son message de fond et le résumer » de la manière suivante…

« On peut être solidaire des victimes, sans être Charlie. » Et, en tant que chrétien, je dirais même « On doit être solidaire des victimes, sans être Charlie»

En cinq points, il va nous expliquer les raisons pour lesquelles on peut et on doit être solidaire des victimes sans être Charlie

. Charlie ne veut pas que tu sois Charlie

« En France, l’usurpation d’identité est un délit. Avant de se proclamer Charlie, il faudrait au moins se renseigner auprès de l’intéressé pour savoir ce qu’il en pense. Ce qui tombe bien, c’est que Charlie, par le biais d’un des dessinateurs survivants (Luz) s’est justement exprimé sur le sujet :

« Tout le monde nous regarde, on est devenu des symboles, tout comme nos dessins (…) On fait porter sur nos épaules une charge symbolique qui n’existe pas dans nos dessins et qui nous dépasse un peu. Je fais partie des gens qui ont du mal avec ça. (…) Les médias ont fait une montagne de nos dessins alors qu’au regard du monde on est un putain de fanzine, un petit fanzine de lycéen. Ce fanzine est devenu un symbole national et international, mais ce sont des gens qui ont été assassinés, pas la liberté d’expression ! Des gens qui faisaient des petits dessins dans leur coin » (1) »

Les choses sont claires : Charlie ne veut pas devenir le symbole de la liberté d’expression. Dans cette situation tragique, je pense que la décence minimum implique au moins de respecter cette (dernière) volonté exprimée par le biais de leurs collègues et amis survivants. Ne fais pas de Charlie ce qu’il n’a pas envie d’être. »

L’histoire de « l’usurpation d’identité » est limite et récupérer l’avis d’un des dessinateurs survivants du magazine qui ne parle pas au nom du journal (ni de la France) est un peu risqué d’autant plus que ce garçon semble laisser entendre que c’est à ses compères que les tueurs en voulaient et pas à la démocratie ce qui serait être un beau coup de pied au cul aux millions de personnes qui pleurent. C’est ça l’esprit Charlie ?

Peut-être bien que les trublions n’étaient finalement comme le dit le gars qu’une bande de petits cons qui ne cherchaient qu’à ce marrer mais ce n’est pas eux que le monde pleure. C’est la liberté d’expression et l’avenir de la planète. Vincent David n’a toujours pas compris ça. :-//

Il n’a pas compris non plus que Charlie n’appartient plus à Charlie mais à tous ceux qui souffrent, et que le fait de dire comme lui « Je ne suis pas Charlie » est une insulte aux million de personnes qui sont descendus dans la rue au risque de leur vie pour lui permettre de penser et d’écrire ses âneries redoutables.

Oh non, David Vincent, vous n’êtes pas Charlie et je vous déteste depuis hier pour cela. 😦

. Les autres victimes se sentent oubliées

Vous reprenez Monsieur le témoignage du frère de Patrick Boisseau la première victime assassinée par les terroristes encore sur le coup d’un choc affectif que vous ne vivez pas…

 » « Quand j’entends à la télé ‘On pense aux victimes’, on pense aux victimes connues, regrette Christophe, le frère de Frédéric Boisseau. Mais il n’y avait pas qu’eux, il y en a 12. Mais on entend parler que de cinq. Les autres c’est quoi ? Des nantis ? Des dommages collatéraux ? », s’interroge-t-il. « Ils étaient là au mauvais moment, au mauvais endroit. Mais on aurait dû parler d’eux tous en même temps » (…) Ce que je veux, c’est qu’on parle de tout le monde. C’est bien beau de décréter un deuil national mais ce deuil je ne l’ai pris que pour les 5 dessinateurs, je l’ai pas pris pour les autres (…) Ma colère aujourd’hui c’est qu’on les a oubliés« . »

…et nous chantez un petit couplet sur votre chrétienté qui ne transparaît pas, du Samaritain qui devrait faire ceci ou cela et compatisse « à la souffrance de toutes les victimes, qu’elles soient à côté de chez moi ou à l’autre bout du monde. »

Mais quel manque de tact et d’ignorance Monsieur Vincent !

. Charlie Hebdo ce n’est pas la liberté d’expression

« Faire du slogan « Je suis Charlie » un synonyme de la liberté d’expression, c’est oublier un peu facilement l’histoire et notamment l’affaire Siné. Rappel des faits : En 2008, Charlie Hebdo a licencié son dessinateur vedette pour une chronique « politiquement incorrecte ». Charlie Hebdo n’est donc pas un défenseur de liberté d’expression puisqu’au sein même de ce journal, il y a des sujets tabous. Rappelons pour l’anecdote que le journal a finalement été condamné à verser 90 000 euros de dommages et intérêts à Siné pour licenciement abusif. »

Vous faites de Charlie Hebdo un coupable qui méritait peut-être ce qui lui est arrivé et utilisez un fait dont vous ne savez rien pour accuser des morts qu’ils aient raison ou tord.

Ne censurez-vous pas vous-même sur votre blog certains commentateurs qui ne pensent pas comme vous et dénoncent les hérésies que vous prétendez enseigner ?
Oh que si (!) de même que celui  qui vous publie aujourd’hui [NDLR: Paul Ohlott] et vous seriez un Charlie si vous le précisiez. Mais des Charlie comme vous nous n’en voulons pas.

Ensuite, vous nous faites un poème sur la limite de la liberté d’expression, de la loi Gayssot, de négationnisme et de révisionnisme.

Avez-vous le droit d’aborder ces sujets puisque vous censurez vous-même et ne défendez rien du tout puisque vous n’êtes pas Charlie ?

« Par ailleurs, rappelons aussi que contrairement à ce qu’on entend depuis quelques jours, en France, la liberté d’expression a ses limites. Non, en France on ne peut pas tout dire et certains propos sont interdits par la loi. Parmi ces lois, il y a notamment la loi Gayssot qui interdit certains propos révisionnistes. négationnisme

Or cette loi pose de vrais problèmes. Si en tant qu’historien, je suis persuadé que le combat contre le révisionnisme historique en général, et le négationnisme en particulier, est une nécessité, je pense que ce combat doit être un combat intellectuel et éducatif, mais que le législateur n’a pas à s’en mêler. La lutte contre le négationnisme passe par l’école, pas par la prison. Au contraire, ces lois sont plus contre-productives qu’autre chose puisqu’elles transforment les négationnistes en « héros » et « martyrs » auprès de leurs sympathisants.

« Ainsi, si « Je suis Charlie » veut dire « Je suis pour la liberté d’expression », il faudrait que toutes les personnes qui proclament « Je suis Charlie » soient cohérentes avec elles-mêmes et militent pour la suppression de toutes les lois qui limitent la liberté d’expression en France. »

C’est pour cela que Dimanche nous étions dans la rue et nous ne vous y avons pas vu pour militer (et pleurer) avec nous. Seriez-vous contre la liberté d’expression Monsieur Vincent ?

. Je suis Charlie, c’est s’associer à ce que représente Charlie

« Une des phrases les plus maladroites de ma première chronique, et qui a pu choquer, est celle concernant les « martyrs de la liberté l’expression ». En retirant le terme d’ « imbécile », j’aimerais néanmoins expliquer pourquoi les journalistes de Charlie Hebdo, outre le fait qu’ils ne le veulent pas, ne sont pas des martyrs de la liberté d’expression. Pour cela, je pense qu’il est important de distinguer « victime » et « martyr ». Qu’on considère ces journalistes comme des victimes, je suis parfaitement d’accord. En revanche, entre « victimes » et « martyrs », il y a un fossé que je refuse de franchir »

Ces morts sont encore fumants et vous nous faites de bien belles phrases.

Si demain matin un terroriste vous fait péter la gueule, serez-vous une victime ou un martyre Monsieur Vincent ?

Vous nous expliquez bien la différence.

« En disant qu’ils sont victimes, je proclame qu’ils ne sont pas coupables de ce qui leur est arrivé. Je me dissocie fermement de leurs assassins et je condamne cet acte injustifiable. Cependant, je leur refuse le statut de martyr, car celui-ci comporte une dimension supplémentaire : celle d’un modèle. Or non, en tant que chrétien, Charlie n’est pas un modèle. Charlie Hebdo usait de la liberté d’expression, mais en usait mal. Avoir le droit de tout dire, ne veut pas dire qu’il faille nécessairement tout dire. En tant que chrétien, je ne peux pas utiliser ma liberté d’expression pour blesser les gens. »

Vous vous prétendez chrétien dans cet article, alors, je vais vous poser une question.

Jésus-Christ était-il une victime ou un martyr ?

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai comme beaucoup d’autres personnes ce sentiments que vous ne le savez pas mais ce dont je suis certain, c’est qu’avec ses productions Charlie Hebdo s’adressait à des gens comme vous. Il montraient au monde la stupidité des religieux et, même si je suis moi-aussi quelquefois choqué par certaines images, je comprends maintenant combien ils ont eu raison de les dessiner.

Leur mort n’aurait-elle servie à rien ?

Moi, je crois qu’en ce sens ce sont des martyrs d’autant plus que quoi que dise leur collègue survivant pour ses raisons à lui (je n’aurais pas comme vous la bassesse de développer maintenant), ils savaient très bien ce à quoi ils jouaient et ils l’on fait pour que vous puissiez continuer à exister et écrire.

Vous, vous êtes un de ces charognards qui n’a écrit ces textes maladroits (et puants) que pour surfer sur la vague des morts et vous assurer de la pub pour votre blog. Il n’y a qu’à voir le nombre de liens que vous publiez dans vos articles qui y mènent. Vous me dégoûtez Monsieur Vincent.

Bon, je vais faire l’impasse sur la suite de votre article qui parle de « L’émotion des masses dangereuse instrumentalisée » (par vous d’ailleurs je vous en accuse) jetant un immonde camouflet à tous ceux qui sont descendus dans la rue soutenir ceux qui continuent à pleurer.

Mais savez-vous ce que c’est que les larmes ?

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Lachose, Manipulation, Paul Ohlott, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s