L’ Eglise idole et ses dérives


Voila un article qui va faire bondir.

Non la chose n’est pas nouvelle, et depuis 50 ans j’entends des dissidents, ayant quitté un groupe pour fonder leur groupuscule, dire à leurs ouailles « n’abandonnons pas notre assemblée« . C’est un peu fort mais non négociable.

Un mouvement né dans les années 20 proclame hautement : « Tout ce qui ne part pas de l’église et n’aboutit pas à l’église n’est pas de Dieu ! »
Ce n’est pas par hasard que le « catholicisme » est ce qu’il est : il correspond aux tendances inhérentes à la nature humaine et toute religion a tendance à dévier de la même façon.

Au sujet des dérives « évangéliques », je vois 3 niveaux d’hérésie :

Les monstruosités dénoncées sur un autre site amateur de spectacle, résultat des loufoqueries américaines, africaines et asiatiques conjuguées, du genre…

– Imposition des pieds
– Exhortations à brouter l’herbe et boire de l’essence
– Triple bénédiction à 777 dollars

…et je passe sur d’autres choses indécentes, abominables ou pire.
Je dis monstruosités et pourtant, que d’adeptes !
Dans ces milieux comme à Rome, le Salut est carrément oublié ou négligé. Seule compte la glorification de la chair.

Les énormités courantes chez ceux qui dénoncent les précédents tout en pratiquant ou « fantasmant » des choses assez ressemblantes…

– Pluie d’or
– Chute à la renverse
– Glossolalie obligatoire quitte à jargoniser n’importe comment
– Guérison obligatoire quitte à tricher.
– Évangile de la prospérité.
– Notion totalement faussée de la nature et du rôle du Saint Esprit.
– « dieu m’a dit » plutôt que « Il est écrit » (ici, j’écris dieu sans majuscule!) etc..

le salut est accessoire et souvent illusoire ; priorité au culte de l’extraordinaire et à l’aveuglement sacralisé !

Enfin les partis-pris sectaires des milieux relativement fidèles, traditionnels, « conservateurs », évangéliques au sens originel.

Comme le dit Paul White dans Les Fables de la Jungle…

« Les petits léopards deviennent de grands léopards et les grands léopards tuent ; les petits péchés deviennent de grands péchés et les grands péchés tuent. »

…et l’on peut ajouter…

« Les petites erreurs deviennent (ou produisent) de grandes erreurs et les grandes erreurs tuent !. »

Quelles erreurs ?

Je distingue l’erreur fondamentale, traitée jusqu’ici…

– Le salut par la foi a disparu, de l’erreur plus ou moins accessoire.
– L’évangile de la Grâce est annoncé mais avec des accommodements, des variations, coutumes et laisser-aller divers et variés.

– Mépris du baptême et/ou de la Cène
– Retour au sabbat
– Invention d’un « pasteur » homme orchestre, paré de tous les dons et planant au-dessus des fidèles (bien que parfois « employé » de « l’association cultuelle »).
– « Yaknouïsme » (sentiment profond d’être quand-même plus dans la vérité que les autres)
– Institution d’un formatage spécifique garantissant le label maison…..
– Organisation, administration, notion même de l’église calquées sur l’anti-modèle catholico-protestant (même quand on s’en défend).

Si les mouvements chrétiens des XIX° et XX° siècles s’étaient repentis de tous ces travers, sans doute seraient-ils mieux armés aujourd’hui pour combattre monstruosités d’aujourd’hui.

Samuel GIRARDOT

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Lachose, LEglise, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour L’ Eglise idole et ses dérives

  1. samdesouce dit :

    Attention mes amis : j’ai écrit RÉSULTAT des loufoqueries américaines….. et par là je n’exonère pas l’Europe de sa responsabilité, je dis seulement que l’ORIGINE est -pour une fois- extérieure.

    Tout le point 2 fait évidemment allusion à la « bénédiction de Toronto », assez étonnante quand on sait qu’à Toronto se trouve aussi le centres de formation de l’association des églises baptistes de langue française, carrément aux antipodes théologiquement !

    • paloque dit :

      Tiens, les églises baptistes parlent en langue maintenant ? D)

      Oui, bien sûr, nous avions compris que l’Europe n’était pas exonérée de sa responsabilité en ce qui concerne les dérives susnommées, mais nous aimerions tout de même savoir l’identité des « responsables » afin que nous leur tirions les oreilles et que le peuple de Dieu qui nous lit soit correctement informé sous peine de non assistance à personnes en danger.

  2. bibletude.org dit :

    Comme je l’écrivais en http://surtout-ne-lisez-pas-ce-blog.blogspot.com/2014/10/le-veritable-anti-christianisme.html, « la Réforme s’est essoufflée et s’est arrêtée en chemin. Elle continue d’évoluer, mais de manière formelle, et non pas dans ses fondamentaux. Elle fonctionne avec pour moteur l’esprit du monde, charnel, animal, psychique comme le dit Paul en 1 Cor 2:14 (L’homme psychique ne reçoit pas les choses qui sont de l’Esprit de Dieu, car elles lui sont folie – et il ne peut les connaître, parce qu’elles se discernent spirituellement) – selon l’arbre de la connaissance du bien et du mal, et non pas selon l’arbre de Vie. Du projet initial du nouvel homme, il ne reste qu’un système du vieil homme qui s’en est éloigné à des années-lumière. »

    On peut en dire autant de la galaxie évangélique.

    J’ai d’ailleurs constaté que ceux qui se donnent eux-mêmes des étiquettes (« sola scriptura », « ici c’est le Saint-Esprit qui règne », etc.) le font la plupart du temps pour couvrir leur lacune majeure : la Bible n’est en fait pas suivie, le Saint-Esprit n’est pas écouté, etc.

    L’article en question concluait : « Il est inutile de condamner certains cas individuels, comme certains s’en sont fait les champions : c’est tout l’édifice qu’il faut démonter. Il faut aller jusqu’à la racine du mal, le déraciner et replanter une graine saine. »

    L’article donne 3 conseils de lectures que je ne peux que recommander :
    – La vie normale de l’Eglise, de W. Nee
    – La subversion du christianisme, de J. Ellul
    – Le christianisme paganisé, de F. Viola

    Pour terminer : ce n’est pas nous qui lisons la Bible, mais c’est la Bible qui nous lit. Si nous laissons la Bible nous lire, nous reconnaîtrons que nous nous créons une religion pour fuir Dieu. Cependant, il est difficile d’entendre cette vérité, du moment que la pseudo-vérité est ce que nous voulons entendre. Notre seule excuse : il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés (par autrui ou par soi-même).

  3. paloque dit :

    Excellente publication que est en fait (avec son autorisation) la réaction d’un commentateur à un autre article paru cette semaine.

    Je regrette toutefois que l’auteur ne donne pas les noms des organismes qu’il cite (œuvres évangéliques ou sites internet) en ne parlant que des dérives du catholicisme alors que nous sommes tous concernés.

    >…Les monstruosités dénoncées sur un autre site amateur de spectacle, résultat des loufoqueries américaines, africaines et asiatiques conjuguées, du genre…

    C’est très facile de dénoncer les dérives américaines et africaines et de taire celles qui se passent maintenant sous nos yeux, dans « nos » assemblées et même souvent dans notre propre maison;

    Pas de ça chez nous hein ? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s